Parfaite Union Namur
blank

Les nouvelles :
L'agenda 2014 est disponible !


 

Membres :
Sélection de livres :

 

 
 
Conclusions du Vénérable Maître Ph. L, pour le 40 ième Anniversaire de la Loge, en 2006 ( extraits)

La Parfaite Union est, certes une Loge privilégiant le Travail symbolique spirituel, et du souhait des fondateurs qui la marquèrent de leur empreinte, un Atelier à vocation apolitique, sans athéisme militant.

Ce qui précède ne signifie ni que la Loge doive s’engoncer dans l’exégèse exclusive des symboles, ni qu’elle ne puisse s’enrichir des multiples personnalités qui l’habitent et lui donnent vie, couleurs et bonheur.

La Parfaite Union est une loge riche de sa diversité, et heureuse de vivre dans une union, que j’ose qualifier de parfaite, ce qui n’exclut pas de petites querelles de ménage ou de virils échanges, le respect mutuel demeurant toujours de mise..

En quelques années de participation active à ma loge mère, mon bonheur d’y avoir vu la Lumière reste vivace et à jamais gravé dans ma mémoire ; à jamais je m’en sens débiteur de cette indicible joie qui nourrit mes pensées.

Comme le disait récemment notre Grand Maître, la GLB est une fédération de Loges et non de rites, et la référence au Grand Architecte de l’ Univers reste l’une de ses spécificités, sans laquelle elle ne serait plus ce qu’elle est ; il me semble que notre Loge s’y inscrit entièrement.

Notre Parfaite Union évolue ; elle demeure fidèle à l’esprit de ses fondateurs, et en même temps, s’ouvre à son rythme, que ce soit par la diversité des thèmes des Morceaux d’Architecture, même si parfois tel Frère regrette le trop de spiritualisme ou si tel autre dit en manquer.

D’aucuns l’ont qualifiée de « Loge de combat », non parce qu’elle s’investirait en bloc ou de façon agressive dans des causes profanes, fussent-elles politiques, laïques, sociétales ou autres, mais parce qu’elle s’épanouit chaque semaine, alors que de nombreux autres At :. ne se réunissent que deux fois par mois.

L’assiduité, une clé offerte à tous nos Frères, et pour reprendre une parole prononcée par un ancien Vénérable, JM. J. à leur endroit, lors d’un séminaire, « nous les attendons quand ils sont prêts ».

Toutefois, la Maçonnerie se secrète dans le cœur et l’esprit de chaque frère au fur et à mesure de son assiduité à la vie de la Loge.

Bien plus convient-il que le maçon soit reconnu, non pas à son assiduité, et non pas à ses mots signes et attouchements, mais à son comportement dans la vie de tous les jours.

Plus que jamais dans notre société profane en pleine mouvance, les Francs-maçons ont à rayonner de dialogue, de tempérance, de fraternité et d’agissement dans le sens du beau, du bien et du juste.

Que la Maçonnerie soit spiritualiste ou plus sociétale, qu’elle soit dite libérale ou autre, qu’elle regorge dans certains pays d’obédiences, ou qu’elle soit d’une existence plus timide, ou plus structurée sur des tendances plus marquées, elle n’échappera pas à son destin, lequel est inscrit dans ses gênes.

« Les Francs-maçons ont les pieds sur terre, et la tête dans les étoiles », ce qui force l’admiration poétique, mais s’ils veulent rayonner, ils se doivent d’abord descendre en eux-mêmes pour se mieux voire se bien connaître, méthode aidant ensuite à briller des mille valeurs maçonniques au meilleur profit de ses proches et de l’humanité tout entière.

Les alchimistes, qui aimaient à manipuler les formules, aimaient à dire qu’ « en chaque être humain, l’or y vit » !

Tout est en l’Homme, et ce n’est pas par hasard si Léonard De Vinci représenta l’Homme de Vitruve jambes et bras écartés, pas plus qu’il n’est innocent ou superflu de savoir que le nombre d’or jouit d’une signification profonde dans la vie naturelle et ésotérique, dans l’univers connu.

 

Nous apprenons que l'univers va vers le maximum de complexité et sans doute, de conscience, ce que disaient déjà les kabbalistes, outre que les savants, après une période un peu boudeuse, prennent de plus en plus au sérieux cette philosophie qui pratique l'éveil de la conscience de l’Homme sur le chemin de la Connaissance de lui-même et de l’univers en ses dimensions vertigineuses.

Surtout, l’appétit de l’Homme libre pour la connaissance vient du fond des âges, et sa soif de vérité ne semble pas avoir trouvé de puits susceptible de le désaltérer jusqu’ores, du moins est-ce à espérer, car l’insatisfaction paraît plus constructive que le sentiment de tout savoir, de détenir la Vérité.

Etre un maçon initié postule peut-être aussi d’imaginer Sisyphe heureux, car rien n’est jamais acquis et souvent il s’impose de remettre le travail sur le métier.

Bien sûr, on peut vivre sans se comprendre et sans chercher à comprendre le monde, mais chacun d’entre nous peut faire le choix inverse, et conférer à son existence sa vraie dimension d’homo sapiens.

Vivre en Maçon impose de ne pas laisser s’installer les baobabs du Petit Prince, car ce sont d’abord de petites plantes insignifiantes, mais une fois poussées, c’est une forêt immense et dense qui empêche la lumière d’arriver au sol et de nous éclairer ; c’est pourquoi il faut lutter contre l’ignorance et le fanatisme pour qu’ils reculent, encore et encore.

Par ailleurs, il ne faut pas négliger de s’abreuver au puits, car le puits c’est le lien entre les hommes s’ils partagent la même eau, et nous la partageons mes Frères, eau qui est source et mémoire de vie.

Cheminer dans l’Art Royal est un bon début, le faire dans la fraternité universelle, c’est mieux ; le Grand Œuvre n’est pas si loin.

Aimons-nous, mes FF :. et aimons plus encore… !
 

 

 

 

 

 

Powered by ARTFUL - Parfaite Union 2011